Tableau/ tableur

Une image matricielle (bitmap), est une image constituée d’une matrice (tableau) de points colorés. C’est-à-dire, constituée d’une grille, où chaque case possède une couleur qui lui est propre et est considérée comme un point. Il s’agit donc d’une juxtaposition de points de couleurs formant, dans leur ensemble, une image.

Cette expression est principalement utilisée dans les domaines de l’imagerie numérique (infographie, photographie numérique, etc.) afin de marquer l’opposition de ce concept avec celui des images vectorielles. Dans ces domaines, les points de couleurs les constituant s’appellent des pixels (pour « picture element »).

« L’agencement des couleurs sur les carrés résultait d’un processus aléatoire, de façon à obtenir un effet général diffus, non différencié, associé à des détails stimulants : la grille rigide interdit la production de figurations même si celle-ci se devine facilement. »
Gerhard RICHTER

– Créer un « tableau » à l’aide d’un tableur, un tableau fascinant d’un savant fou. Interdiction d’ajouter des images.

Tableau : 1/ Peinture déplaçable exécutée sur un panneau de bois ou d’autre matériau ou sur une toile tendue sur un châssis. 2/ Support mural d’écriture, sur la surface duquel on écrit avec un morceau de craie ou un feutre (tableau noir de la classe). 3/Panneau destiné à recevoir des inscriptions, des renseignements (tableau d’horaires de bus). 4/ En informatique, structure de données contenant le plus souvent plusieurs cellules organisées à une ou plusieurs dimensions (lignes et colonnes).

Tableur : programme informatique capable de manipuler des feuilles de calcul. À l’origine destinés au traitement automatisé des données financières, les logiciels tableurs sont maintenant utilisés pour effectuer des tâches variées, de la gestion de bases de données simples à la production de graphiques, en passant par diverses analyses statistiques. Ex. MS Excel et LibreOffice Calc.

Questions et notions abordées :

  • Composer : art d’agencer par des signes graphiques (points, lignes, formes) géométriques la surface d’un tableau/peinture ou directement les sujets (figures, signes, objets) sur la toile.
  • Organiser : arranger dans un but donné, par exemple classer, ranger, hiérarchiser, aligner, décaler en quinconce.
  • Figuratif : qui représente une réalité perceptible par les sens, notamment la vue. Le contraire est non figuratif.
  • Abstraction : qui ne fait pas référence à une réalité extérieure à l’œuvre.
  • Règles de composition : art des diagonales, règle du nombre d’or, des lignes de force, du point de force, centre d’intérêt…
  • Rôle de la composition : harmonie (équilibre), narration, renforcement du contenu/message, des couleurs.
  • Rythme : Régularité & irrégularité ; Symétrie & dissymétrie ; Dense & dispersé ; Équilibre & déséquilibre ; forme & fond ; ombre & lumière
  • Matérialité de l’œuvre : ou immatérialité, question de la temporalité (exposition et conservation).

Références artistiques possibles :

  • Jacques Louis DAVID, Le serment des Horaces, 1785, 329,8 x 424,8 cm
  • Vassily KANDINSKY, Composition 4, 1911, huile sur toile, 159,5 x 250,5 cm, allusion à la composition musicale.
  • Kazimir MALEVITCH, Construction 18, 1915 53 x 53 cm, huile sur toile, composition régulière/dense/déséquilibrée/dissymétrique La couleur sert à composer, lignes, formes géométriques, rythmes & contrastes colorés.
  • Jean ARP, Rectangles selon les lois du hasard, 1916, composition aléatoire.
  • Piet MONDRIAN, Broadway Boogie-Woggie, 1942-1943, huile sur toile, 127 x 127 cm, MOMA N.Y.
  • Piet MONDRIAN, Tableau #1, 1921-1925 (huile sur toile, 75,5 x 65,5 cm, Basel)
    Gerhard RICHTER, Spectrum color arranged by chance III, 1951, configurations/combinaisons aléatoires de grilles chromatiques agencées par un programme informatique.
  • Gerhard RICHTER, 1024 Farben #350-3 (1024 couleurs), 1973, laque sur toile, 254 x 478 cm
  • Pierre BURAGLIO, Gauloises bleues, 1978, composition sans centre.
  • James HUGONIN, Rythme binaire, 2011, touche invisible/grille géométrique/chromatique.
  • Donald JUDD, Untitled, 1989, aluminium peint, 150 x 750 x 165 cm
  • François MORELLET, Répartition aléatoire de 40 000 carrés suivant les chiffres pairs et impairs d’un annuaire de téléphone, 50% bleu, 50% rouge, 1963 (papier mural sérigraphié, ampoule électrique)

Sujet proposé par Julien Macias et Romuald Masset, Académie de Grenoble


L’agence Brad a fait le choix de Microsoft Excel pour proposer une réflexion sur la stratégie de communication avec la campagne du concours Prix Média 2012.
Derrière le tableur, derrière les chiffres, se cache une réflexion : une œuvre.