Absalon

(1964, Tel Aviv – 1993, Paris)
Artiste israélien. Trop tôt interrompue par une mort précoce, l’œuvre d’Absalon s’avère identifiable par ses récurrences : la tridimensionnalité, de rares formes élues (maquette d’architecture, cellule d’habitat), un blanc mat omniprésent, une obsession du contenant, du rangement et de l’organisation. Cette simplicité lexicale, en dépit de son apparence minimaliste, ne vise pas la pureté formaliste. Toujours évocatrice de lieux de vie ou d’objets liés au quotidien, chaque oeuvre est une méditation inspirée sur la présence du corps au monde. Lors de l’exposition Compartiments (Nice, 1989), les objets mis en dépôt dans le sous-sol de la Villa Arson sont simplement reclassés en fonction de leur forme puis, recouverts de plâtre blanc, laissés tels dans un lieu qui acquiert pour le spectateur une aura inattendue. La recherche d’Absalon porte, plus que sur toute autre, sur la question de l’habitat, signe de l’organisation sociale en même temps que cadre privilégié de l’intimité. Rappelant les architectones de Malevitch, cet urbanisme symbolique, débarrassé de la convention d’usage, s’élève au rang d’une métaphysique de l’espace – beaucoup plus en somme qu’une simple rêverie sur l’architecture.

Absalon, Cellule n° 3, 1992, Musée d'art moderne de Saint-Etienne-Métropole
Cellule n° 3, Absalon, 1992, Musée d’art moderne de Saint-Etienne-Métropole