Alexander Archipenko

(1887, Kiev – 1964, New York)
Sculpteur d’origine ukrainienne. Après des études de peinture et de sculpture à Kiev, suivies d’un bref séjour moscovite, il s’installe à Paris en 1908. Abandonnant la géométrisation expressionniste des volumes dans laquelle il s’était engagé sous l’influence de l’esthétique cubiste, il s’avance au cours des années 1913-1914 vers une sculpture plurimatérielle. Ses œuvres sont construites à l’aide de plans. Le verre et le fer y font leur apparition dans des ensembles à base de bois et de plâtre. La dématérialisation conceptuelle des volumes trouve son expression dans la transparence du verre. Ayant détruit l’autorité limitative de la masse, Archipenko transgresse la frontière du volume fermé : intérieur et extérieur communiquent en permanence. Ses œuvres qui, parallèlement à celles de Boccioni, constituent les premières réalisations matérielles de l’esthétique cubo-futuriste, exposées aux Salons parisiens, sont hautement appréciées par la critique d’avant-garde (Apollinaire, Cendrars). Son atelier devient le centre de rayonnement de la nouvelle sculpture : il influence aussi bien les futuristes italiens que russes, avec lesquels il entretient des rapports suivis. La visite de Tatlin à son atelier (hiver 1913-1914) aura des conséquences décisives pour l’évolution de l’art du siècle. La majeure partie de son œuvre de l’époque n’ayant pas survécu au désastre de la Première Guerre mondiale, il s’engage à la reconstruire au début des années vingt et surtout à la fin de sa vie. Ayant quitté la France après 1918, il essaie de recréer un atelier et une école à Berlin. Les conditions matérielles ne s’y prêtant pas, il quitte l’Allemagne en 1923 pour les États-Unis. À partir du séjour berlinois, son art fléchit vers la facilité décorative. Ce n’est qu’à la fin des années trente qu’il reprend le filon constructiviste dont il résume les postulats dans un ouvrage théorique, paru seulement en 1960, Archipenko, Fifty Creative Years 1908-1958. Son enseignement américain aura une influence décisive pour l’éclosion de la sculpture américaine d’après-guerre. Certaines parmi les œuvres majeures d’Archipenko sont conservées (musée d’Israël) à Tel Aviv, et à New York (Solomon R. Guggenheim Museum). Une grande donation faite par l’artiste se trouve au musée de Sarrebrück.

Statuette, Alexander Archipenko, 1916
Statuette, Alexander Archipenko, 1916