Willem De Kooning

(1904, Rotterdam – 1997, East Hampton, N.Y.)
Peintre américain d’origine néerlandaise, un des maîtres de l’expressionnisme abstrait, dont les œuvres de la maturité portent la marque de l’Art nouveau et du groupe De Stijl, qui furent en Hollande ses premiers contacts avec l’art. Son amitié avec d’autres immigrés (John Graham, Gorky) et son travail de courte durée dans le cadre des programmes pour les beaux-arts de la WPA déterminent une première série de peintures importantes (1935-1940) présentant des silhouettes masculines semi-abstraites dans un espace ambigu. Elles font place au début des années quarante à des figures féminines plus plates et déformées, pourtant évocatrices de la manière d’Ingres. Il définit alors sa gamme de couleurs, rose Pompéi, ocre jaune et bleu azur, et réalise aussi des natures mortes plus abstraites, ouvrant des « fenêtres » rectilignes dans des figures ovoïdes. À partir de 1946 et de son expérience de l’automatisme surréaliste, il peint essentiellement des figures biomorphiques ouvertes, qu’il connecte plus nettement avec leur environnement. De nombreuses compositions ne font appel qu’à des tons gris neutres, ou au noir et blanc (Dark Pond, 1948, coll. particulière, New York). En 1950, il commence sa série la plus célèbre, un travail en pleine pâte, de conception violente, sur les femmes prédatrices (Woman I, Museum of Modern Art, New York). Il reprend les mêmes coups de pinceau cinglants, conçus pour représenter ces femmes fatales, dans des Action Paintings abstraites et énergiques. Dans les années cinquante, son style influence à New York des artistes plus jeunes. Il joue ainsi un rôle décisif dans le développement d’une seconde génération d’expressionnistes abstraits.

Two Women in the Country, De Kooning, 117x103 cm, 1954
Two Women in the Country (Deux femmes à la campagne), charbon de bois, peinture à l’huile et peinture-émail, 117×103 cm, 1954