André Kertész

(1894, Budapest – 1985, New York)
Photographe d’origine hongroise. Il commence dès sa jeunesse son œuvre immense (près de 100000 clichés) par des reportages sur une réalité dont il excelle déjà à souligner les aspects étranges ou incongrus. En 1925, il arrive à Paris où il se révèle un prodigieux photographe de la ville – ce qu’il confirmera après guerre à New York – et travaille pour différentes publications : c’est précisément une commande du magazine le Sourire qui l’amène à réaliser en 1932 la série des 120 Distorsions, avec laquelle il crée, grâce à des miroirs déformants, des versions inédites du très classique nu féminin. Loin de sous-entendre ironie ou agressivité, ces images apparaissent comme une exaltation des métamorphoses inconnues du corps – et c’est à juste titre que la critique les qualifie de surréalistes, bien que Kertesz n’ait jamais appartenu au mouvement, ne côtoyant épisodiquement que Man Ray. Précédant les Reclining Nudes de Moore, les Distorsions peuvent être mises en parallèle avec les anamorphoses de Dalí­, aussi bien qu’avec certaines toiles de Dominguez ou de Seligmann.

André Kertesz