Barnett Newman

(1905-1970, New York)
Peintre américain. Avant de se mettre sérieusement à la peinture dans les années quarante, il enseigne dans le secondaire. De formation intellectuelle plus sérieuse que la plupart des autres expressionnistes abstraits, il adhère à un anarchisme romantique rejetant tout dogme théorique. En 1943, il fait paraître dans le New York Times la lettre où Gottlieb et Rothko définissent les principes du Color Field. Il rédige ensuite de nombreux catalogues pour la Betty Parsons Gallery – notamment, en 1946, pour l’exposition, qu’il a organisée, North-West Coast Indian Painting, trouvant dans le travail des artistes indiens, qui utilisent des symboles et des formes organiques sans se préoccuper des apparences, une justification des recherches abstraites de ses amis. Porté lui-même vers l’abstraction par ce qu’il y pressent de portée métaphysique, il n’y accède cependant qu’après une période biomorphique, qui confirme son intérêt pour des domaines comme la botanique, la géologie ou l’ornithologie, étudiée à la Cornell University. L’autre influence décisive, tant sur ses idées que sur son style, sera celle du mysticisme juif, en particulier des textes cabalistiques sur la création du monde. Dès 1946, ses formes peintes sont de deux ordres : une zone circulaire tracée au pinceau (symbolisant l’élément féminin et le vide), et un trait vertical (symbolisant l’élément masculin). Bientôt, il se contente de simples étendues, que traversent par endroits des traits irréguliers ou pointus (les « zips »), représentant pour lui la toute-puissance du geste divin insufflant la vie à Adam. On peut y voir aussi le thème des artistes primitifs, traçant les premières lignes sur le sol ou les murs des cavernes, et celui de la dignité des premiers hommes, dont se redresse l’épine dorsale. À partir de 1950, les toiles s’agrandissent et deviennent horizontales. Parmi les chefs-d’œuvre de cette période, Vir Héroicus Sublimis (1950-1951, Museum of Modern Art, New York) donne au spectateur, par son gigantisme, un sentiment d’effroi sublime et d’infini, qu’on retrouve dans les travaux d’autres peintres de la tendance Color Field. Newman crée aussi des compositions totalement antithétiques, ne laissant pratiquement aucun champ autour du « zip », que de nombreux critiques jugent à l’origine de la mode des Shaped Canvas des années soixante. Plusieurs compositions triangulaires s’inspirent de son unique sculpture, The Broken Obelisk (1963-1967, The Menil Collection, Houston), où l’obélisque dressé en équilibre sur la pointe d’une pyramide évoque l’effort de tension de la création. La critique des années cinquante se montre très réservée à l’égard du travail de Newman, ce qui explique le petit nombre de ses expositions, mais les générations suivantes y voient la pierre de touche de la Post-Painterly Abstraction.

Barnett Newman