Niki De Saint-Phalle

(1930, Paris – 2002, San Diego)
Sculpteur français. Élevée à New York, elle commence par exposer en Suisse, puis s’intègre activement au groupe des nouveaux réalistes. Elle se lie avec Tinguely qui deviendra son mari et avec lequel elle réalisera nombre de ses œuvres les plus marquantes. Elle participe aux expositions-manifestes du groupe où elle se distingue par son humour corrosif et sa capacité d’invention. Dans une ambiance de kermesse, elle tire à la carabine sur des poches de couleur placées au haut des toiles, créant ainsi des tableaux abstraits aléatoires. Ses reliefs, diptyques ou triptyques accumulant des objets hétéroclites – vieux jouets, crucifix, déchets souvent unifiés par la couleur dorée – parodient avec violence l’art religieux. Ce même langage virulent et sarcastique, on le retrouve chez les Nanas, énormes baudruches, caricatures de la femme dans les images des médias. La Nana devient pour quelque temps la figure centrale de son œuvre : bêtifiée, crucifiée, déguisée en mariée géante portant tout le malheur du monde, cette grosse poupée géante est l’un des commentaires les plus percutants sur la condition féminine dans les années soixante. En 1963, elle réalise avec Tinguely une énorme sculpture, Hon (« Elle » en suédois) au Moderna Museet de Stockholm : une femme couchée de plus de 20 mètres de long, dont l’intérieur est un environnement de fête foraine, où l’on pénètre par l’entre-jambes. Cette période de révolte est suivie par une autre, plus gaie, qui engendre des formes colorées et brillantes en polyuréthane, que l’artiste réalise au détriment de sa santé : un monde fantastique peuplé de personnages, d’animaux et d’objets étranges de couleurs très vives, assez proches en apparence de certains aspects du Pop Art. En 1979, elle crée un grand jardin de sculptures à Garavicchio, et en 1983, avec Tinguely, la fontaine Stravinsky (entre l’église Saint-Merri et le Centre Pompidou) devenue à juste titre, l’un des monuments les plus populaires de Paris.

Séance de tir du 26 juin 1961
Séance de tir du 26 juin 1961 : de gauche à droite, Jean Tinguely, Niki de Saint-Phalle et un inconnu, Paris, Impasse Ronsin

Les trois Grâces, Niki de Saint-Phalle, résine polyester peinte sur une base acier rouillé, 66x79x89 cm, 1994
Les trois Grâces, Niki de Saint-Phalle, résine polyester peinte sur une base d’acier rouillé, 66x79x89 cm, 1994