Sarkis

(1938, Istanbul)
Artiste français d’origine arménienne. Après des études à Istanbul (1957-1960), il commence une carrière de peintre, puis s’installe à Paris en 1964. Des peintures au pochoir ainsi que des collages le rattachent dans un premier temps à la Figuration Narrative, mais découvrant Beuys et l’art conceptuel il commence à réaliser des sculptures avec des matériaux aux connotations industrielles (feutre bituminé), assemblés selon un montage sériel avec une forte résonance énergétique. La série des Black out (1974-1977) et des expositions comme « Autopsie d’une peinture anonyme murale en face de la base sous-marine de Bordeaux » (1976) montrent la double polarité de son travail : détournement de l’esthétique militaire et occupation parfois théâtralisée des espaces. Sarkis suscite des situations spécifiques aux lieux, ou liées à sa propre biographie. La période K.R.I.E.G.S.S.C.H.A. T.Z. (Trésor de guerre) va progressivement, au cours des années quatre-vingt, laisser place à une pratique reposant sur le détournement d’objets d’origines et d’époques variées mais appréhendés selon un propos personnel. Ils sont « réactivés » d’une exposition à l’autre dans des parcours que le visiteur est invité à découvrir et qui renvoient aux formes de l’interprétation musicale ou à la scénographie. Le caractère poétique de ces installations n’a cessé de s’accentuer.

Sarkis, Trésors de la mémoire (les onze enfants de l'histoire du cinéma), 2002, MacVal, 2012
Trésors de la mémoire (les onze enfants de l’histoire du cinéma), 2002, MacVal, 2012.