Richard Serra

(1939, San Francisco)
Sculpteur américain. Dans ses premières interventions (1967-1970), il laisse ses matériaux – caoutchouc, plomb liquide – déterminer leur forme en les projetant sur les murs de son atelier. Rapidement, Serra définit sa sculpture par l’équilibre de ses éléments, ne dépendant que de leur propre masse. À partir de 1970, il établit comme fondement de sa démarche la prise en compte, dans l’élaboration de l’œuvre, de l’environnement -naturel ou urbain, extérieur ou intérieur. Procédant sans esquisse préalable, il travaille par manipulation directe pour élaborer des pièces souvent imposantes, constituées de lourdes plaques d’acier (plusieurs tonnes), dont la mise en place peut nécessiter l’intervention d’une importante ingénierie. Chaque sculpture, composée par juxtaposition ou superposition sans qu’interviennent les habituels modes de fixation (soudure, rivets…), vient modifier qualitativement l’espace investi. Elle invite le spectateur à éprouver sa présence à la fois comme totalité et relativement aux éléments hétérogènes qui l’entourent : la vision s’accompagne nécessairement d’une déambulation autour ou à l’intérieur des œuvres, qui peut être attentive à la « force sensitive » de l’acier brut et massif, accélérée dans les plaques longues de plusieurs mètres, à l’inverse concentrée dans les blocs forgés. Lorsqu’il pratique un « dessin » à la matière noire et épaisse, Serra vise des effets semblablement physiques : il s’agit toujours pour lui de révéler la densité, opaque et comme menaçante, de la masse, même si elle est réduite à une surface.

Richard Serra