David Smith

(1906, Decatur, Indiana – 1965, Bolton Landing, New York)
Sculpteur américain. Pendant des études de peinture (1927-1932) au cours desquelles il se lie avec Gottlieb, Gorky, et particulièrement J. Graham qui lui fait découvrir le travail de J. Gonzalez, il réalise sa première sculpture en 1931. En 1934 il aborde la soudure. Comme de nombreux sculpteurs modernes, il inaugure son travail par une réflexion sur la peinture, notamment gestuelle. Aussi l' »écriture transparente » de ses sculptures de 1941 se déploie-t-elle dans un espace frontal de très faible profondeur, quasi bidimensionnel. Le choix de la soudure lui permet de réaliser des formes souples et déliées, ou au contraire d’exploiter l’expressivité du matériau – fer ou acier – dont il aime l’aspect « brutal et puissant » et qui favorise des formes agressives. Après ses sculptures-écritures, Smith, depuis longtemps intéressé par le collage, associe des « objets trouvés » à ses structures abstraites. Roues, instruments aratoires, sans perdre leur qualité d’objets réels, évoquent images et symboles (War Spectre, 1944). Pas davantage que Newman ou Pollock, D. Smith ne renonce au sujet : il est à la recherche d’un art qui renoue avec les forces primitives et universelles. En 1962, la série des Voltri-Bolton met en relation des signes abstraits et des éléments récupérés (souvent forgés). Les figures créées fonctionnent entièrement sur le mode métaphorique et évoquent un monde archaïque, Smith soulignant les liens qui unissent son travail à celui des sculpteurs antiques avec une étonnante invention formelle et une grande fantaisie. Ses derniers travaux marquent une sorte de rupture : totalement abstraits et géométriques, ils indiquent une nouvelle voie, parallèle à la tendance générale, qui exercera sur le travail des sculpteurs ultérieurs (A. Caro par exemple) une notable influence et fait du parcours de D. Smith celui d’un des sculpteurs les plus inventifs du siècle.

David Smith devant Australia (1951)
David Smith devant Australia (1951)