Claude Viallat

(1936, Nîmes)
Peintre français. En 1966, il adopte un procédé d’empreinte d’une forme identique indéfinie dont la répétition sur toile libre détermine la composition de l’œuvre. Sans jamais remettre en cause ce procédé fondateur, il ne cesse de faire varier les supports, les techniques (teintures, solarisation de la toile, enfouissement dans le sol, etc.). En 1970, il radicalise sa démarche, exposant en pleine nature des filets et des cordes à nœuds trempés dans le goudron ou la couleur. Élément moteur de Support-Surface, enseignant influent, il évolue sans se renier, allant d’un primitivisme austère (travaux sur les nœuds, les épissures) à un lyrisme de la couleur et de la forme. À partir de 1976, il marque son empreinte sur des stores, des parasols, des tentes, des bâches (souvent de grands formats), faisant jouer la polychromie, les coutures, la complexité de la découpe. Parallèlement, Viallat réalise, à partir de bois flottés, morceaux de tissu, bouts de corde et matériaux divers tous récupérés, des « objets » qui procèdent par simple assemblage de l’innocence jubilatoire du bricolage.

Sans titre, Claude Viallat, 1978
Sans titre, 1978