Gilberto Zorio

(1944, Andorno Micca)
Artiste italien. Il s’inscrit dès ses premières œuvres dans le courant de l’arte povera, lorsqu’il présente en 1967 (galerie Sperone, Turin) des travaux instables : colonne posée sur une chambre à air, surfaces passées au chlorure de cobalt qui réagissent aux variations d’humidité en changeant de coloration, toiles sur lesquelles l’eau s’évapore en abandonnant un dépôt de sel. Progressivement, il mêle matériaux traditionnels (terre cuite, cuir) et instruments sophistiqués (javelots de fer, éléments de cuivre) pour établir des relations complexes entre réel et imaginaire, mais aussi entre acte créateur et monde extérieur. La série d’œuvres intitulée Pour purifier la parole, qui dure depuis 1969, présente des objets fragiles (creusets, urnes de céramique, vasques de peau) en équilibre précaire à l’intersection de perches courbes ou disposés selon une forme récurrente en étoile. C’est là une allusion à des procédés alchimiques et la visualisation de processus de pensée, dont le fil conducteur est une énergie aussi bien mentale que physique.

Letto, Gilberto Zorio, 1967
Letto, Gilberto Zorio, 1967