Le collège en 2 photos

Vous n’avez que deux photographies pour raconter votre collège.

#photographie #cadrage #point de vue #temps #lieu #action

Méthodologie

  • À l’aide de l’iPad, vous réaliserez donc deux photographies au sein du collège, mais attention, vos prises de vue anticiperont une cohérence plastique ou thématique afin d’instaurer un dialogue, de tisser un lien narratif lors du rapprochement des deux images.
  • Vous mettrez ensuite en page vos deux photos sans les retoucher en utilisant les applications PicFrame ou ComicBook! afin d’obtenir un diptyque photographique (: œuvre artistique en deux parties).
  • Enfin, vous légenderez votre réalisation.

Questionnement

En quoi la volonté de raconter – quel que soit le médium – induit-elle une organisation, une syntaxe, des codes ? Comment votre intention initiale devient-elle lisible aux yeux du spectateur ? Le diptyque photographique propose-t-il de lui-même un ordre de lecture ? La légende dirige-t-elle la compréhension de votre réalisation ?

« La juxtaposition de deux fragments de film ressemble plus à leur produit qu’à leur somme. »
_ Sergei EISENSTEIN, Hors-cadre, février 1929 et Les Cahiers de l’Art, 1930.

Références artistiques possibles

Piero della FRANCESCA (1412-1492), Double portrait des ducs d’Urbino, vers 1473, tempera et
huile sur bois, 47 x 33 cm, Musée des Offices, Florence.

Le CARAVAGE, Narcisse, 1597-1599, huile sur toile, 110 x 92 cm, Galleria Nazionale d’Arte Antica, Rome.

James ROSENQUIST, President Elect, 1960-1961, huile sur isorel, 228 x 366 cm, Centre Pompidou, Paris

Andy WARHOL (1928-1987), Marylin Diptych, 1962, acrylique sur toile, 205 x 145 cm, Tate
Gallery, Londres.

Christian BOLTANSKI, L’Album de la famille D, 1971, installation, 150 tirages noir et blanc encadrés de fer blanc, 220 x 450 cm.
« Nous n’apprenons rien sur ce qu’a été la vie de la famille pendant vingt-cinq ans, ces images de rituels familiaux nous renvoient à nos propres souvenirs, à nous-mêmes, tous les albums de photos, à l’intérieur d’une société donnée, sont à peu près identiques, ils ne représentent pas la réalité, mais la réalité de l’album de photos. »
_ Christian Boltanski, les modèles – cinq relations entre texte & image, entretien avec Irmeline Lebeer, 1979.

Duane MICHALS, Things are queer, suite de neuf photographies, 1973.
Les jeux entre les espaces perçus et les changements d’échelle lors de la lecture des différentes images font perdre les repères au spectateur, plaçant le spectateur en face des contradictions entre ce qui est vu et ce qu’il pense voir.

Mac ADAMS, The Mysteries, 1973-1980, série photographique. http://www.macadamsstudio.com

Sophie CALLE , La filature, 1981, diptyque composé de textes et de photographies, Centre Pompidou, Paris.
« Selon mes instructions, dans le courant du mois d’avril 1981, ma mère s’est rendue à l’agence Duluc détectives privés. Elle a demandé qu’on me prenne en filature et a réclamé un compte rendu écrit de mon emploi du temps ainsi qu’une série de photographies à titre de preuves. » Le récit à double-voix pose la question de la subjectivité. Qui observe qui ?

Bill VIOLA, Nantes Triptych, installation vidéo, 1992.
Nantes Triptych se compose de 3 écrans vidéos : une femme enceinte en train d’accoucher, une femme très âgée qui s’éteint progressivement et au centre un homme qui plonge sous l’eau et se maintient en apnée. Le spectateur est immédiatement plongé au cœur de l’œuvre : le cycle de la naissance, de la mort et de la renaissance, figures archétypales qui sont au centre du travail de l’artiste.

Mac ADAMS, Fury , 1976, photographies
Jacques MONORY, Robert Aldrich, 1991, acrylique sur toile, 178 x 232 cm
Wolfgang TILLSMAN, vue de l’exposition 1991-2011: 20 Jahre Gegenwart, MMK, Frankfurt am Main

Questionnement(s)

  • La représentation ; images, réalité et fiction : le dispositif de représentation – la narration visuelle.

Expérimenter, produire, créer (D1, D2, D4, D5)

  • Choisir, mobiliser et adapter des langages et des moyens plastiques variés en fonction de leurs effets dans une intention artistique en restant attentif à l’inattendu.
  • Recourir à des outils numériques de captation et de réalisation à des fins de création artistique.
  • Prendre en compte les conditions de la réception de sa production dès la démarche de création, en prêtant attention aux modalités de sa présentation, y compris numérique.

Mettre en œuvre un projet artistique (D2, D3, D4, D5)

  • Confronter intention et réalisation dans la conduite d’un projet pour l’adapter et le réorienter, s’assurer de la dimension artistique de celui-ci.

S’exprimer, analyser sa pratique, celle de ses pairs, établir une relation avec celle des artistes, s’ouvrir à l’altérité (D1, D3, D5)

  • Expliciter la pratique individuelle ou collective, écouter et accepter les avis divers et contradictoires.

Se repérer dans les domaines liés aux arts plastiques, être sensible aux questions de l’art (D1, D3, D5)

  • Identifier des caractéristiques (plastiques, culturelles, sémantiques, symboliques) inscrivant une œuvre dans une aire géographique ou culturelle et dans un temps historique.

D1 Les langages pour penser et communiquer – D2 Les méthodes et outils pour apprendre – D3 La formation de la personne et du citoyen – D4 Les systèmes naturels du monde et l’activité humaine – D5 Les représentations du monde et l’activité humaine


Exemples

Les liens narratifs s’organisent entre deux images, en fonction de données formelles et de traits pertinents sélectionnés dans l’une et l’autre image, par référence au répertoire du lecteur et empruntent aux figures stéréotypées véhiculées par les codes de la société. Orientée par la deuxième image, l’image première admet, dans chaque séquence, une lecture différente comme si elle était légendée différemment.