Photogramme

Un photogramme est une image photographique obtenue en plaçant des objets sur une surface sensible (papier photographique ou film) et en l’exposant ensuite directement à la lumière (sans utiliser d’appareil photo).
Man Ray définit le photogramme comme « une photographie obtenue par simple interposition de l’objet entre le papier sensible et la source lumineuse ».
Pour le réaliser, il n’est aucunement besoin d’appareil photo, de négatif, d’agrandisseur. Seuls matériaux nécessaires pour le photogramme :
– le papier photosensible (ex : papier photographique Ilford ou Kodak)
– la lumière (ex : lampe poche)
– des objets référents (ex : verre, bouteille, fleurs…)
– les bains chimiques du tirage noir et blanc (révélateur, bain d’arrêt, fixateur, bain de rinçage)
1) Dans une pièce noire (éclairage inactinique, ampoule rouge), on applique un objet sur le papier sensible.
2) On éclaire quelques instants pour réaliser l’impression lumineuse de l’objet. La lumière provoquera le noircissement de l’émulsion. Il ne restera qu’une empreinte blanche ou grisée (selon le degré d’opacité de l’objet) à l’endroit où l’on a l’objet.
3) Dans la pièce noire (chambre noire, laboratoire photo), on passe le papier photo dans les différents bacs (révélateur, bain d’arrêt, fixateur, eau).
L’objet ainsi reproduit est toujours rendu en grandeur nature. Il perd en outre sa couleur, sa matière, son volume, ce qui produit un effet de distanciation entre l’objet réel et sa représentation.

K7, photogramme, 10×15 cm.