New Skin

Concevez puis réalisez une nouvelle peau (ou un habillage) à porter devant ou sur votre visage. Son port doit exprimer ou revendiquer une idée forte qui sera présentée à la classe.

#engagement #revendication

Remarque

Un skin (peau en anglais) est un adhésif décoratif imprimé, permettant de personnaliser et de protéger un objet (souvent high-tech, par exemple un smartphone ou un ordinateur portable). Un skin est très souvent fabriqué avec du vinyle microstructuré et plastifié après impression.
Les skins en terme informatique sont des images ou des données qui permettent de personnaliser un logiciel ou un jeu vidéo.

Méthodologie

Servez-vous du gabarit existant ou d’un masque blanc de carnaval comme support pour créer la matière de cette nouvelle peau.

Sa forme, sa couleur, sa texture, l’ajout de divers éléments, de graphismes, etc. habilleront votre visage et donneront à voir au spectateur votre engagement à une idée forte que vous définirez par une courte présentation.

Télécharger le gabarit

Guillaume WEILER (designer), Dazzle Camouflage, 2015
 

Références dans la culture populaire

  • Les masques de la Commedia dell’Arte genre de théâtre populaire italien, né au 16e siècle, où des acteurs masqués improvisent des comédies marquées par la naïveté, la ruse et l’ingéniosité) : Arlequin, Scaramouche, Colombine, Polichinellle, etc.
  • Les masques du catch mexicain (: luche libre).
  • Le masque de l’anarchiste Guy FAWKES porté porté par le personnage de V dans la bande dessinée V pour Vendetta d’Alan MOORE et David LLYOD (1982-1990) puis par les hacktivistes du mouvement Anonymous (2003).
  • Le masque (visage de Salvator DALÍ) des braqueurs de La casa de papel d’Álex PINA , 2017 

Références artistiques possibles

  • Portrait de Jeune femme, dite « L’européenne », 2e siècle. Les portraits du Fayoum sont un ensemble de peintures remontant à l’Égypte romaine exécutés du 1er siècle, à partir de la fin du règne de l’empereur romain Tibère, jusqu’au 4e siècle. Ce sont des portraits funéraires peints sur bois insérés dans les bandelettes au niveau du visage de la momie. Le défunt y est représenté en buste le visage de face.
  • Sankôjô, le vieillard, bois sculpté et peint, crin, 30 x 16 x 11 cm, Musée du quai Branly, Paris. Né au 14e siècle, le théâtre Nô constitue une des premières formes de pratique théâtrale au Japon.
  • Pablo PICASSO Tête de femme (Étude pour Les Demoiselles), juin-juillet 1906, crayon sur papier, 31 x 24 cm, Musée Picasso, Paris
  • Marcel JANCO, Tristan Tzara, 1919, carton, toile de jute, encre et gouache, 55 x 25 cm, assemblage de papier, Centre Pompidou, MNAM, Paris
  • Anton PEVNER, Masque, 1923, verre et plexiglax, MNAM, Paris
  • Masque Ammassalik, Groenland, années 1930, 25 x 11 cm, bois, Musée du Quai Branly, Paris
  • Meret OPPENHEIM, Le Déjeuner en fourrure, 1936, une tasse, sa soucoupe et une petite cuillère recouvertes de fourrure de gazelle, MoMA, NY
  • Keith HARING, Untitled (Bill T. Jones) ou Untitled (Grace Jones), 1984, body painting, photographie
  • Douglas GORDON, Monster, 1997, portrait photographique
  • Ervin WURM, One minute sculptures, 1998, performance
  • DAMSELFRAU (Magnhild KENNEDY), iCloni (for Lisa Lie/PONR), 2016, masque – https://www.damselfrau.com/
  • STELARC, Stretched Skin, 2009, triptyque photographique, 4 x 3 m
  • John STEZAKER, Mask (Film Portrait Collage), CLXXIII, 2014, collage, 20 x 17,6 cm
  • Osang GWON, Reclining Man Drinking, 2016, sculpture, 60 x 160 x 65 cm
  • @threadstories, Untitled, 2018, parure de visage réalisée au crochet, textile (en bandeau)
  • Willie COLE, Bella Figura. 2019, exposition de masques réalisés par assemblage de chaussures
  • A.J. FOSIK : https://www.instagram.com/ajfosik/
  • Shin MURAYAMA, Mask Maker : https://www.instagram.com/synmurayama/
  • Sabine PIGALLE : https://www.instagram.com/sabinepigalle/
  • YRURARI (masque en tricot) : https://www.instagram.com/yrurari/
  • James T. MERRY (créateur des masques de la chanteuse Bjork) : https://www.instagram.com/james.t.merry/

cf. 22 juin 2020 – Blog-notes | arts plastiques (artpla.co)

Stephen JOPNES pour Jean-Paul GAULTIER, collection automne-hiver 1984

Questionnement(s)

  • La représentation ; images, réalité et fiction : la création, la matérialité, le statut, la signification des images.
  • La matérialité de l’œuvre ; l’objet et l’œuvre : la transformation de la matière – les qualités physiques des matériaux – la matérialité et la qualité de la couleur.

Expérimenter, produire, créer (D1, D2, D4, D5)

  • Choisir, mobiliser et adapter des langages et des moyens plastiques variés en fonction de leurs effets dans une intention artistique en restant attentif à l’inattendu.
  • S’approprier des questions artistiques en prenant appui sur une pratique artistique et réflexive.
  • Prendre en compte les conditions de la réception de sa production dès la démarche de création, en prêtant attention aux modalités de sa présentation, y compris numérique.
  • Exploiter des informations et de la documentation, notamment iconique, pour servir un projet de création.

Mettre en œuvre un projet artistique (D2, D3, D4, D5)

  • Concevoir, réaliser, donner à voir des projets artistiques, individuels ou collectifs.

S’exprimer, analyser sa pratique, celle de ses pairs, établir une relation avec celle des artistes, s’ouvrir à l’altérité (D1, D3, D5)

  • Expliciter la pratique individuelle ou collective, écouter et accepter les avis divers et contradictoires.

Se repérer dans les domaines liés aux arts plastiques, être sensible aux questions de l’art (D1, D3, D5)

  • Identifier des caractéristiques (plastiques, culturelles, sémantiques, symboliques) inscrivant une œuvre dans une aire géographique ou culturelle et dans un temps historique.
  • Proposer et soutenir l’analyse et l’interprétation d’une œuvre.

D1 Les langages pour penser et communiquer – D2 Les méthodes et outils pour apprendre – D3 La formation de la personne et du citoyen – D4 Les systèmes naturels du monde et l’activité humaine – D5 Les représentations du monde et l’activité humaine