À quoi sert le numérique ?

La pratique numérique au collège se limite invariablement aux items du B2i, mettant ainsi l’accent sur la technique et donc sur ce que la technique révèle de spécifique dans la création numérique.

Ceci privilégie en arts plastiques ce que la technique numérique exacerbe, sur la déformation ou l’exagération qu’elle autorise, sur l’effet qu’elle crée, le jeu qu’elle autorise, souvent aux dépens du sens. La plupart des élèves se répandent dans des couleurs modifiées, des flous artistiques, des artifices vains habillés d’un discours convenu. Cette emphase mise sur l’effet, sur l’étrangeté artificielle et nuit gravement à la signification de l’oeuvre.

Y échappe celui qui a un vrai propos, celui pour qui la technique est au service d’une intention, au lieu d’être l’intention même.