Apps et arts plastiques

David Hockney

Le peintre et photographe britannique David Hockney a présenté sa série Bigger Yosemite au De Young Museum de San Francisco du 26 octobre 2013 au 20 janvier 2014. Une exposition de peintures numériques, réalisées sur iPad.
Après avoir dessiné sur l’iPhone, David Hockney a opté pour l’iPad en 2010.
David Hockney utilise l’application Brushes. L’artiste aime l’ergonomie et la mobilité, voilà  pourquoi il a jeté son dévolu sur la tablette d’Apple.comme support de création.

Brushes par Taptrix, Inc.

Brushes propose de nombreuses fonctionnalités telles que la possibilité de faire des peintures de différentes dimensions, en s’adaptant aux différents écrans Rétina. Elle propose également un nombre assez important de pinceaux, tous plus réalistes les uns que les autres, ce qui donne un aspect encore plus qualitatif à  vos dessins. Vous pouvez ajuster la largeur du pinceau (14 formes différentes), régler l’opacité de la couleur, inverser les couleurs, même la pression de votre doigt est gérée (plus vous appuyez, plus la couleur sera foncée).
Lorsque vous avez terminé votre dessin et que vous l’avez enregistré, vous pouvez alors revoir, de A à Z, la façon dont vous l’avez réalisé, et ce, sous forme de vidéo : fonctionnalité fort intéressante pour la compréhension des processus de création

« I like to have my studio in my pocket. » Jorge Colombo, illustrateur pour The New Yorker

Tayasui Sketches par Tayasui.com [version Pro payante]

Avec la tablette, compte tenu de la taille de son écran et de la valorisation visuelle de l’image (: cadre aux bords noirs, écran haute résolution), les élèves ont visiblement plaisir à échanger pour réaliser leur prise de vue et pour en évaluer ce qu’ils considéraient comme le résultat : l’image affichée.
Ici, la taille de l’écran de la tablette offre à la photographie de se présenter dans l’instant comme une image à part entière, et non simplement comme une vignette. Les tâtonnements, les essais, les débuts de verbalisation sont facilités en raison de la bonne visibilité de ce qui a été photographié. Le résultat obtenu peut être facilement évalué en temps réel par les élèves et l’image si besoin peut être immédiatement refaite. Dans cette situation de mobilité où les élèves travaillent à plusieurs, l’usage d’une tablette est une véritable valeur ajoutée à l’expérience de l’élève.

L’appareil photo devient un outil plus complet. iOS 8 enrichit son application de prise de vue.

ProCam XL2 par Samer Azzam [version payante], Camera Plus par Global Delight Technologies Pvt. Ltd [version payante]
Dernières versions des applications recommandées pou iOS8 pour retoucher vos photographies et faire de vraies prises de vues. Prise de vue unique, stabilisateur réglable, déclencheur par son, détection des visages, minuterie, mode rafale, mode nuit, 20 filtres disponibles, mise au point, compensation de l’exposition réglable, saturation modifiable, vitesse d’obturation modifiable, fonction vidéo, slow motion. En somme, des applications très complètes.

Snapseed par Google, Inc.

Snapseed, certainement la meilleure application de retouche photographique est disponible sur iOS et Android. De quoi exploiter plus facilement les téléphones portables et les tablettes pour interroger la pratique photographique en classe.

iMotion par Fingerlab [version gratuite et payante], Stop Motion – Animation Maker Pro par Lim Byung Sun [version payante] et iStopMotion par Boinx Software [version payante]

Le principe des films en stop motion est proche de celui du dessin animé : une scène (en général constituée d’objets) est filmée à l’aide d’une caméra capable de ne prendre qu’une seule image à la fois (frame). Entre chaque image, les objets de la scène sont légèrement déplacés. Lorsque le film est projeté à une vitesse normale, la scène semble animée.

La réalisation d’un stop motion en classe peut avoir un côté bricolage et chronophage : la mise en place d’un mini studio de prise de vue, d’un appareil photo numérique sur trépied, l’utilisation d’un ordinateur équipé d’un logiciel de montage. Tout dispositif de capture d’image permettant de photographier une scène image par image pourrait convenir. Dans ce contexte que peut apporter l’usage d’une tablette ?

Le tout en un de la tablette facilite grandement la réalisation du projet sans perte de temps avec une excellente visualisation des images tant pendant la réalisation du projet qu’au moment de sa lecture en tant que petit film d’animation.

Comme pour toute réalisation en stop motion, une fois le scénario et le story-board conçus et finalisés, un temps sera consacré à la réalisation d’un mini studio de prise de vue : décor, éclairage, placement et fixation de la tablette.
L’usage de la tablette tactile couplée à l’application idoine est des plus simples. Les différents modes de prise de vue (time-lapse, manual, remoted), les options d’affichage (onion skin) aident réellement l’utilisateur dans la réalisation de l’animation. Le projet lisible depuis l’application reste modifiable à souhait jusqu’à son export et partage en vidéo. Le film obtenu peut être ensuite lu sur la tablette ou sur tout autre support numérique.
D’autre part, l’application crée automatiquement un dossier contenant l’ensemble des frames qui composent l’animation en images. Elles peuvent donc être aussi utilisées séparément ou même imprimées.

En conclusion, l’usage de la tablette, associée à ce type d’application permet de travailler de manière efficace et rapide l’image, la séquence animée et la narration à travers une initiation à l’animation en stop motion. Le champ de référence sur lequel s’appuyer est vaste : depuis la décomposition du mouvement, les débuts du cinéma, jusqu’aux productions actuelles. L’expérience proposée à l’élève s’inscrit dans les programmes d’arts plastiques notamment en ce qui concerne l’appropriation artistique du numérique, le travail sur l’image, la temporalité, la construction d’une narration à partir d’une ou plusieurs images, et l’expérimentation de situations sollicitant sans cesse action, tâtonnements et réflexion.