Censure à la FIAC

Vendredi, l’artiste russe Oleg Kulig s’est vu censuré par le parquet de Paris. Certains de ses clichés pris à la fin des années 90 ont été jugés pornographiques ou zoophiles. Les policiers du 8e arrondissement se sont rendus au Grand Palais pour décrocher ces oeuvres sur l’appui de l’article 227-24 du Code Penal relatif à la diffusion d’images à caractère violent ou pornographique ou contraires à la dignité humaine et susceptible d’être vues par des mineurs.

Elena Selina et Sergeui Khripoun, propriétaires de la galerie moscovite XL, ont été conduits au commissariat avec les objets du délit pour être entendus. Les deux galeristes se sont expliqués jusqu’à 21 heures raconte Martin Bethenod, directeur de la FIAC. Il poursuit : « Il ne s’agit pas d’images pornographiques, mais de photographies prises dans le cadre de performances où l’artiste se met en scène de façon extrême, comme celles où il est un chien, nu avec un collier et se jette sur les gens ou les voitures en aboyant, en les mordant, etc. Le message de ces images n’est pas de prôner la zoophilie, mais de se demander où sont les limites entre ce qui est humain et ce qui est animal ».
Une réflexion philosophique qui semble avoir échappé au parquet de Paris.