L’Arc de Triomphe empaqueté

En septembre 2020, Paris devait accueillir une installation monumentale de l’artiste Christo à l’occasion des Journées du Patrimoine et la Nuit Blanche. La crise sanitaire a forcé le Centre Pompidou et le Centre des Monuments Nationaux à reporter d’un an cette installation inédite : L’Arc de Triomphe Wrapped, Paris, Place de l’Étoile-Charles de Gaulle (1961-2021)*.

L’Arc de Triomphe, 18 septembre 2021

L’équipe de Christo et Jeanne-Claude a réalisé le projet, selon le vœu de Christo qui souhaitait la poursuite du projet après sa disparition, survenue le 31 mai 2020.

L’Arc de Triomphe empaqueté est à admirer du 18 septembre au 3 octobre 2021. L’œuvre monumentale fait disparaitre le monument parisien sous 25 000 mètres carrés de tissu recyclable en polypropylène argent bleuté et 7 000 mètres de corde rouge. Une opération en étroite collaboration avec le Centre Pompidou et le Centre des monuments nationaux.

Christo dans son studio à New York, avec un dessin préparatoire pour « L’Arc de Triomphe empaqueté »,
le 20 septembre 2019 (photo de Wolfgang Volz, Fondation Christo et Jeanne-Claude)

*Christo avait déjà travaillé sur le Projet pour l’empaquetage de l’Arc de Triomphe en 1961 et prévoyait d’empaqueter les arbres de l’Avenue des Champs-Élysées et du Rond-Point des Champs-Élysées à Paris…


Christo et Jeanne-Claude

« Christo et Jeanne-Claude » est le nom sous lequel est identifiée l’œuvre commune de Christo Vladimiroff Javacheff, né le 13 juin 1935 à Gabrovo en Bulgarie et mort le 31 mai 2020 (à 84 ans) à New York et de Jeanne-Claude Denat de Guillebon, née (le même jour) le 13 juin 1935 à Casablanca au Maroc et morte le 18 novembre 2009 (à 74 ans) à New York. Ils se sont rendus célèbres à la fois par le gigantisme de ses réalisations et par leur caractère éphémère.

Le couple d’artistes contemporains utilise toiles, câbles et structures métalliques, pour créer des œuvres temporaires qui durent deux semaines en moyenne. Leur art consiste en l’« empaquetage » de lieux, de bâtiments, de monuments, de parcs et de paysages. Ils s’intéressent à la structure, à l’usage, à l’esthétique ou à la dimension symbolique des lieux sur lesquels ils interviennent en les cachant sous la toile pour mieux les révéler.