Peter Fonda, star du film Easy Rider

Peter Fonda, éternelle icône de la contre-culture américaine des années 1960, est mort vendredi 16 août, à l’âge de 79 ans.

Easy Rider, Peter Fonda et Dennis Hopper

À travers le périple des deux hippies californiens, Dennis Hopper raconte l’un des plus mauvais trips jamais vécus par des individus libres et marginaux dans l’Amérique profonde de la fin des sixties. Après un repas partagé avec des fermiers accueillants, les deux motards s’enfoncent dans un pays toujours plus inhumain. Easy Rider se présente d’abord comme un manifeste de la contre-culture, conduisant à mettre en cause les frontières du normal et du pathologique, du légal et de l’interdit. Musique et mysticisme marchent au coude-à-coude dans ce western moderne où l’antimatérialisme cohabite avec une croyance dans les bienfaits de la connaissance de soi – à travers les substances hallucinogènes, la danse, le voyage… Mais Dennis Hopper fait aussi le constat d’une rupture. Dans l’Amérique de la fin des années 1960, l’expérience pionnière de la « frontière » n’est plus qu’une illusion. Ses deux anti-héros épris de liberté se heurtent à un ordre brutal, qui réprime sans pitié la déviance. Easy Rider n’est pas tant un appel à la transgression qu’un procès de l’intolérance et de l’indifférence. Source arte.tv