Art Brut

1947

Ni groupe ni mouvement, l’Art Brut est une notion créée par Jean Dubuffet pour désigner et valoriser les oeuvres, les productions de toute espèce présentant un caractère spontané et fortement inventif et ayant pour auteurs des personnes étrangères aux institutions culturelles et aux milieux artistiques : autodidactes, malades mentaux, « singuliers de l’art ».

Gaston Chaissac.

*Sans titre, André Robillard, 1980, assemblage, Collection de l’Art Brut Lausanne
André Robillard a grandi près d’Orléans, en France. Son père exerce la profession de garde forestier et la famille demeure dans une maison mise à leur disposition par l’administration locale. A l’âge de dix-neuf ans, André Robillard est interné pour troubles mentaux à l’hôpital de Fleury-les-Aubrais, près d’Orléans. Il est employé au sein de l’établissement à diverses besognes et travaille à temps partiel comme responsable de la station d’épuration. Cet emploi lui permet de bénéficier d’une certaine autonomie : il demeure dans un espace de cent cinquante mètres carrés, situé à l’une des extrémités de l’institution.
C’est là que sont entreposés les fusils, engins spatiaux et spoutniks qu’il confectionne depuis 1964 à partir d’objets récupérés à la décharge publique, notamment des boîtes de conserve, des ampoules usagées, des pièces de bois, des tuyaux en plastique et des barres de métal. Il les assemble à l’aide de scotch et de fil de fer. En 1989, il emménage dans un appartement où il poursuit sa production sans discontinuité.