Arte Povera

Italie, fin 1960

L’appellation arte Povera fut créée par le critique d’art Germano Celant à l’occasion de l’exposition « Arte Povera in spazio » à la galerie Bertesca à Gênes en 1967. Regroupant une nouvelle génération d’artistes italiens réunis par la volonté de construire une activité processuelle, fondée sur des pratiques confondues avec des exigences d’une réalité vécue, impliquée dans un contexte politique et idéologique, l’art pauvre se propose dans un esprit provocateur de déculturation de rétablir un lien direct avec des matériaux naturels, des sources d’énergie (terre, charbon, pierre, verre, textiles, végétaux, animaux, feu… ) et de favoriser l’échange entre des polarités énergétiques contrastées.

Giovanni Anselmo, Jannis Kounellis, Mario Merz, Michelangelo Pistoletto, Gilberto Zorio.
*Pommes de terre, Giuseppe Penone, 1977