Constructivisme

Russie, 1914-1925

À l’occasion d’un voyage en Europe, Vladimir Tatline découvre en 1914 les constructions de Pablo Picasso. De retour en Russie, il s’inspire de cette technique pour créer des Contre-reliefs. À l’opposé des constructions de Picasso, ces sculptures n’ont rien de figuratif. Elles participent d’une réflexion sur l’espace. Tatline parvient à éliminer les volumes au profit de la profondeur et à libérer la sculpture des contraintes de la gravité. Ses Reliefs d’angle vont dans le même sens.
D’autres artistes russes mènent alors une recherche parallèle. Les constructivistes oeuvrent très loin de la figuration, mais ne veulent pas pour autant travailler dans l’abstrait. Ils souhaitent contribuer à l’édification d’une société nouvelle. D’où le nom de Manifeste réaliste donné par Naum Gabo et son frère Antoine Pevsner au texte de proclamation des thèses constructivistes, en 1920.
La même année, le théoricien Alexeï Gan publie un Manifeste constructiviste où il annonce la mort de l’art et la primauté des techniques modernes. Désormais, les idéalistes s’opposent aux matérialistes au sein de l’avant-garde russe. Tatline préconise une activité créatrice essentiellement pratique, désignée sous l’appellation de productivisme. Avec plusieurs confrères, il s’emploie à la conception de vêtements, meubles et autres objets destinés aux ouvriers.
Les oeuvres constructivistes atteignent toujours un but : prototypes architecturaux, théâtraux ou industriels, comme la maquette du Monument à la IIIe Internationale (1919). Ou alors, elles peuvent exalter le monde moderne et les techniques de l’avenir, avec leurs compositions dynamiques fondées sur l’emploi des obliques.
Après les clivages politiques du début des années vingt, Naum Gabo, Antoine Pevsner et d’autres émigrent à l’Ouest. Certains rejoignent le Bauhaus, favorisant ainsi la diffusion des idées constructivistes en Europe, puis aux États-Unis.
En 1925, le comité central du parti communiste condamne toutes les formes d’abstraction. En 1932, l’activité artistique en Union soviétique se réduit au réalisme socialiste, seul style approuvé en haut lieu.

Naum Gabo, El Lissitzky, Antoine Pevsner, Lioubov Popova, Alexandre Rodtchenko, Vladimir Tagline.
*Affiche d’Alexander Rodchenko, 1924