Expressionnisme

Europe, 1890-1925

Le terme apparaît dans la littérature d’art au début du XXe siècle et sert à démarquer en Allemagne la peinture novatrice de l’impressionnisme défendu par la Sécession de Berlin depuis 1898. Utilisé dans un sens purement stylistique, et s’accompagnant de références à un chromatisme intense, à une touche marquée et à un espace désarticulé, le terme est alors synonyme d’Art Moderne. Plutôt que d’un style unique, il s’agit d’un climat qui ne touche pas seulement les beaux-arts, mais aussi la danse, le cinéma, la littérature et le théâtre. On peut suivre l’évolution de ce climat depuis la fondation de Die Brücke à Dresde en 1905, jusqu’à celle du Novembergruppe après la défaite de l’Allemagne en 1918. Pour la génération d’avant-guerre, l’oeuvre d’art devient un support sur lequel l’artiste extériorise son inquiétude intérieure face aux tensions morales et politiques engendrées par une société où il se sent déraciné. L’oeuvre se veut provocatrice face à un milieu de l’art embourgeoisé se berçant d’illusions dans sa quête des valeurs sûres. Le retour en force d’une technique graphique presque oubliée, la gravure sur bois, est à cet égard l’indice d’une volonté de renouveau des valeurs esthétiques. Il en va de même de l’intérêt que portent les artistes à toutes les formes de néo-primitivisme. Face à la montée de l’industrialisation, les uns traduisent leur attachement au sol natal et à la nature (Nolde, Rohlfs). D’autres cherchent à secouer, par leur vie communautaire et leur peinture, les valeurs morales bourgeoises de l’Empire (Die Brücke). D’autres enfin souhaitent que leur peinture trace la voie d’un véritable renouveau spirituel (Der Blaue Reiter). Dresde, Munich et surtout Berlin sont les grands centres d’activités de ces courants d’avant-garde, activement soutenus par des revues telles que Der Sturm et Die Aktion.

Emil Nolde, Otto Mueller, Ernst Ludwig Kirchner, Max Pechstein, Erich Heckel, Karl Schmidt-Rottluff, Alexeï Von Jawlensky, Wassily Kandinsky, Gabriele Münter, Franz Marc, August Macke, Oskar Kokoschka, Egon Schiele, Chaim Soutine, Emil Filla, Béla Czobel.
*Scène de rue à Berlin (détail), Ernst Ludwig Kirchner, 1913