Muralisme

Mexique, 1921-1940

La Révolution qui, à partir de 1910, transforme l’infrastructure du Mexique est directement responsable du mouvement muraliste. Le ministre de l’Éducation José Vasconcelos lance la tendance par un vaste programme de peintures murales entre 1921 et les années quarante. Ces peintures décrivent la vie du peuple, le folklore et l’Histoire. Elles expriment les aspirations révolutionnaires du Mexique et glorifient le passé précolombien. La narration simplifiée et colorée se réfère à la tradition de la peinture murale précolombienne. Les peintres renforcent l’expression par l’inspiration de l’art occidental (classicisme, maniérisme italien, expressionnisme, futurisme). Après une phase expressionniste, José Clemente Orozzo participe en 1922 au mouvement dirigé par le syndicat des peintres. Ses grands décors emphatiques et expressifs sont influencés par le maniérisme et le baroque italiens. Diego Rivera réalise des panoramiques muraux dont le style s’inspire du Douanier Rousseau. En 1923, David Alfaro Siqueiros publie avec Rivera El Machete où il proclame les convictions esthétiques et politiques du mouvement.

José Clemente Orozco, Diego Rivera, David Siqueiros.
*La grande Tenochtitlan (détail), Diego Rivera, fresque, 1945