Frankenstein

Après que le roman de Mary Shelley (Frankenstein ou le Prométhée moderne, 1818) eut été adapté dans le film de 1931, le monstre est devenu dans l’imagination collective plus connu sous les traits de Boris Karloff (maquillé par Jack Pierce), avec son front très épais, ses boulons dans le cou, ses points de suture et sa peau verdâtre.
Pourtant le monstre de Frankenstein de Boris Karloff diffère particulièrement de son homologue littéraire :
il est amené à la vie par la foudre : ce n’est jamais précisé dans le roman, bien que le docteur Frankenstein remette en question ses connaissances scientifiques en voyant la foudre frapper un arbre et éveille le monstre en réunissant les « instruments de vie pour en communiquer une étincelle à la chose inanimée » (le terme « étincelle » pouvant être pris au figuré) ;
il est constitué de morceaux de cadavres déterrés au cimetière, qui tiennent en place par de gros points de suture : dans la version écrite, il prend des « os dans les charniers », pénètre dans « l’humidité infecte des tombeaux ou [torturait] des animaux vivants pour donner la vie à de l’argile inerte ». La créature n’est donc à l’origine pas composée uniquement de morceaux de cadavres ;
il a des électrodes sur le cou (jamais décrites par Mary Shelley) ;
il possède une intelligence amoindrie et un vocabulaire très réduit (alors qu’à l’origine, il est doté d’une très grande intelligence et est capable de parler de manière sophistiquée).

Proposez votre interprétation de la créature (le monstre) à partir de pièces de vieilles peluches et de poupées (et éventuellement de matériaux et objets recyclables).

Objectifs : Apprendre à assembler des matériaux et à recycler des objets. Fabriquer. Suturer.
Appréhender le volume. S’interroger sur l’hétérogénéité des formes et des matières.
Modifier l’approche au réel.

Vocabulaire : assembler, construire, recouvrir, hybride, recycler, Art brut, bestiaire, etc.

Références :
Niki de St Phalle, Monstre, (1963), assemblage d’objets et peinture
Pablo Picasso, Guenon, assemblage, bronze
Annette Messager, Articulés/ désarticulés, 2002, installation


Erbossyn Meldibekov, Sheepwolf, 2001, mixed-media sculpture , 120 × 75 × 40 cm



Anne Esperet est une artiste qui s’intéresse aux enjeux, aux limites de la biotechnologie. Cette science contemporaine pleine de promesses se heurte à l’éthique, se confronte à la philosophie, touche aux préjugés et aux tabous. Elle nous offre dans son catalogue en ligne un bestiaire d’Organismes Deuxième Génération, assemblage de restes d’êtres vivants afin de leur insuffler une nouvelle vie.