L’attribut du héros

Inventez un héros (ou une héroïne) inspiré(e) de la mythologie* et créez-lui un attribut** contemporain (: actuel). Vous pourrez le mettre en scène dans un contexte choisi ou ne représenter que l’objet qui permet de le reconnaître.

Apprentissages visés au regard du socle commun :

Compétence 3 :

  • différencier une situation simulée ou modélisée d’une situation réelle.

Compétence 5 :

  • être sensible aux enjeux esthétiques et humains d’une œuvre artistique ;
  • être capable de porter un regard critique sur un fait, un document, une œuvre de fiction présentée.

*Mythologie : Ensemble des mythes d’une société. Mythe : du grec muthos, ‘fable’. Récit mettant en scène des personnages surhumains et des actions imaginaires symbolisant certains aspects de la réalité.

**Attribut : emblème, symbole, signe distinctif qui représentent une figure mythologique, un personnage allégorique, une chose personnifiée. Exemples : le caducée est l’attribut de Mercure, le sceptre et la couronne, les attributs de la royauté.

« Même l’objet le plus familier à nos yeux devient tout autre si on s’applique à le dessiner, on s’aperçoit qu’on ne l’avait jamais vu ».
Paul Valéry

Références possibles :
Héros maitrisant un lion dit « Gilgamesh », albâtre, haut-relief, 218×552 cm, VIIIe siècle avant J.-C., Musée du Louvre, Paris.
Bacchus, Caravage, huile sur toile, 95×85 cm, 1593-1602, Galerie des Offices, Florence.Louis XIV en costume de sacre, Hyacinthe Rigaud, huile sur toile, 277×194 cm, 1701, Musée du Louvre, Paris.
L’Hospice, Gilles Barbier, technique mixte, installation, 2002, Collection Martin Z. Margulies, Miami, USA.

Le tableau Le serment des Horaces, 300×420 cm, de Jacques-Louis David, peint en 1784 fait de son peintre le chef du néoclassicisme (lire la définition du néoclassicisme et l’analyse du tableau sur Wikipédia) en France. Dans ce tableau, il présente la figure du héros comme celle qui exalte les vertus morales, héroïques et patriotiques (: le courage, le don de soi).

Au-delà des héros grecs et romains, les artistes néoclassiques recherchent dans leurs œuvres la perfection de la composition néoclassique dans la mise en scène des personnages, du décor :

  • présentation en frise, comme un bas-relief inspiré de l’antiquité ;
  • architecture romaine avec des colonnes doriennes ;
  • ensemble très statique, l’instant est figé, respect des caractéristiques néoclassiques. La composition est construite pour faire converger les regards vers le centre (bras et glaive). C’est un moment crucial, les frères prêtent serment à leur père de sacrifier leur vie pour la patrie. Les lignes de fuite du carrelage au sol et des murs aboutissent au point de fuite central où culmine la tension dramatique ;
  • sensation de rigueur due à la géométrisation de la composition horizontale et verticale qui donne sa stabilité à l’image ;
  • rythme ternaire : 3 groupes de personnes : le père, les fils, les femmes; 3 arcades. Le chiffre 3 est omniprésent, il est symbole de stabilité, de perfection ;
  • symbolique du devoir ; le rouge dans les costumes des hommes exprime force, virilité, puissance, action et courage ; le blanc est symbole de pureté (habit d’un des fils et d’une femme) ; le bleu renvoie à la sagesse, la paix, la vertu et la foi. Ces couleurs renvoient un message patriotique.

Histoire du tableau
Sous le règne de Tulius Hostilius (670-640 av J.-C.) une guerre éclate entre Rome et Albe. Pour éviter le carnage, il fut décidé que chaque ville choisirait 3 champions pour la représentation sur le champ de bataille. Ainsi, Rome envoya les Horaces et Albe les Curiaces. Le sacrifice des Horaces et des Curiaces exalte les vertus patriotiques.