Noir sur noir

Vous mettrez en évidence, dans une production personnelle, les qualités plastiques des matériaux et de la couleur noirs. Pour cela, vous utiliserez les supports et matériaux apportés (ou trouvés dans la réserve) dans un assemblage ou un collage ou un dispositif qui reste à créer.

Lors des verbalisations, les élèves ont précisé qu’ils avaient dû faire attention :

  • à la lumière,
  • à la matité et à la brillance,
  • à l’opacité et à la transparence des matériaux.

Monochrome : qui ne comporte qu’une seule couleur. Le monochrome fait partie de ces pratiques qui ont remis en cause les manières traditionnelles d’envisager la création. Vide de représentation et de forme, il est riche de toutes les intentions.
Malevitch le conçoit comme un passage vers l’infini, Rodtchenko peint une surface matérielle et vide, Newman et Rothko en font un grand champ coloré pour s’ouvrir à une expérience intérieure. Pour Ad Reinhardt, il est l’ultime peinture et pour Ryman ce qui lui permet de mesurer les effets de chaque matériau et support…
(source Centre Pompidou)

En quoi le choix de la matière influe-t-il le ressenti de la couleur ?

Références artistiques possibles :

  • Kasimir MALEVITCH, Carré noir, 1923-1930, huile sur plâtre, 36,7×36,7×9,2 cm
  • Ad REINHARDT, Ultimate Painting n° 6, 1960, huile sur toile, 153×153 cm
  • Yves KLEIN, IKB 3, monochrome bleu sans titre, 1960, pigment pur et résine synthétique sur toile marouflée sur bois, 199×153 cm
  • Bernar VENET, Tas de charbon, 1963, sculpture sans dimensions spécifiques
  • Mark ROTHKO, Untitled (Black, Red over Black on Red), 1964, huile sur toile, 205×193 cm
  • Pierre SOULAGES, Peinture 202×453 cm 29 juin 1979, diptyque, huile sur toile
  • Robert RYMAN, Chapter, 1981, huile sur toile de lin, 4 attaches métalliques, 223,5×213,5 cm
  • Allan McCollum, Plaster Surrogates, 1985, 20 éléments en céramique à froid sur plâtre, 51,2×40,9×4,5cm


Louise NEVELSON, Shadow & Reflection I, 1966, bois noir, 274x433x65 cm