Une photo revitalisée

À la fin des années 80, l’allemand Thomas Ruff commence une série de portraits de jeunes gens en reprenant les codes de la photo d’identité, documentaire et objective par vocation. Il ne se livre à aucune manipulation lors de la prise de vue, mais travaille avec un appareil grand format qui lui permet d’obtenir de très grands tirages. Une image très banale parvient ainsi à attirer l’attention, du simple fait de ses dimensions. Ce procédé tend en outre à dévitaliser le portrait, et là où on pouvait s’attendre à de grandes révélations sur le caractère et la psychologie du sujet, c’est au contraire un profond sentiment d’anonymat qui se dégage.
À l’inverse du travail artistique de Thomas Ruff décrit ci-dessus, votre travail numérique consistera à revitaliser votre photographie d’identité.


Thomas Ruff, Portrait (Andrea Knobloch), 1990,
épreuve couleur, 210 x 165 cm