ABCD


ABCD de Raoul Hausmann, 1923-1924,
Encre de Chine, reproduction de photographie et imprimés découpés, collés sur papier, 40,40 x 28,20 cm,
Centre Pompidou-Musée National d’Art Moderne, Paris.

Réalisé vers 1923, ABCD est le dernier photomontage dadaïste d’Hausmann ( : procédé fondé sur la déconstruction et la recomposition des différentes sources de l’image).
Plus encore que dans tous ses autres photomontages, l’image est ici disloquée et sa perception constamment entravée par des ruptures de plans suggérant des sens contradictoires. Le motif central, son autoportrait photographique, tient comme serrées entre les dents les quatre lettres ABCD.
Autour de l’autoportrait, des papiers découpés dans des manuels médicaux, des éléments typographiques à chaque fois différents, des billets de banque tchèques, des allusions à une action Merz (cf : Kurt Schwitters), s’organisent selon plusieurs axes de composition. Mais de cette image, malgré le mot voce (voix en italien), aucun sens cohérent de lecture ne se dégage. Ce qui est à voir et ce qui est à lire ont la même importance dans ce photomontage où les notions de fond et de profondeur s’abolissent. Chaque motif se jouant à la surface de l’œuvre, dans l’immédiateté de l’ici et maintenant. Manifeste de l’esthétique du non-art, cri lancé en même temps à l’œil et à l’oreille du spectateur, ce montage où rien ne semble tenir en place proclame contre tout académisme l’insondable mouvement de la vie.