Sinkende Mauer

Le mémorial du « Sinkende Mauer » à Invalidenpark, en partie réaménagé entre 1996 et 1998, accueille depuis 1997 une œuvre d’art de Christophe Girot. Il s’agit d’une fontaine intitulée « Sinkende Mauer » (sinken : s’enfoncer, sombrer, décliner ; Mauer : mur) — un morceau de mur praticable, qui émerge de l’un des bassins, aspergé en été par une cascade d’eau.
Cette œuvre est édifiée à la place de l’église Gnadenkirche, démolie en ce même lieu en 1967, à l’endroit même où se trouvait de 1967 à 1989 la caserne de la police des frontières qui gardait le point de passage d’Invalidenstraße.

Sinkende Mauer, Christophe Girot, Berlin, Germany, 1997

Le parc a été construit entre 1994 et 1997 à partir du projet de l’architecte Christophe Girot. Dans sa forme actuelle, il se compose de deux parties : le long d’Invalidenstraße, le parc a un aspect plus carré avec le bassin et le mur ; plus au sud, il est aménagé avec une pelouse et une partie boisée (avec des chênes) et une aire de jeux.
Au centre de la place se trouve le bassin pavé. La surface de l’eau, sans mouvement, reflète le ciel. Le large bord du bassin est idéal pour le repos et le songe. Le « Sinkende Mauer » se dresse penché hors de l’eau et rappelle que le mur de Berlin passait juste à côté. Cette œuvre de 50 mètres de long faite de granit s’élève à son point le plus haut à 7 mètres au-dessus du niveau de l’eau et comporte un chemin qui monte progressivement vers le sud, offrant un magnifique point de vue. Au nord, le chemin enfoncé dans le sol comme une tombe met à nu une partie de la fondation de l’ancienne église Gnadenkirche.


À partir de vos recherches et de vos connaissances, proposez puis réalisez un projet évoquant le Mur de Berlin. Vous vous donnerez les moyens de concrétiser un projet d’arts plastiques, une intention artistique. Votre réalisation, aboutie ou non, doit être l’occasion de mettre en évidence, entre intention et réalisation, le processus mis en jeu – ce qui importe, c’est que vous développez une démarche personnelle.

1. Établir la fiche du projet : intention, descriptif sommaire, schéma, échantillons, 1ers essais.
2. En cour de recherche, faire le point : décrire le travail et la démarche plastique en utilisant un vocabulaire adéquat.
3. Seul ou avec l’aide du professeur, trouver au moins une œuvre pouvant être mise en relation avec le travail en cours.
4. Rédiger quelques lignes soulignant les points importants du travail et argumenter le choix de l’œuvre mise en relation.
5. À la dernière séance, présenter le plus pertinemment possible le projet.